Accueil +Société Cinq nantaises créent une paille anti-drogue

Cinq nantaises créent une paille anti-drogue

À Nantes, un groupe de cinq étudiantes a imaginé une paille anti-GHB « pour aller en soirée l’esprit tranquille », alors que les témoignages de femmes ayant été droguées à leur insu dans des bars se multiplient depuis la fin d’année dernière, sous le hashtag #BalanceTonBar.

Les cinq jeunes femmes, Leïa Schwartz-Le Bar, Roxane Viel, Emma Mériau, Agathe Samson et Eloïse Tomeï, sont âgées d’une vingtaine d’années et étudiantes en troisième année de LEA (Lettres étrangères appliquées, section commerce international). L’idée leur vient en septembre dernier, dans le cadre d’un cours d’entrepreneuriat raconte BFMTV

Pour tester la pertinence de leur projet, les étudiantes commencent par réaliser un sondage. Sur 1 000 réponses reçues, plus de 50 % des personnes confirment qu’un membre de leur entourage avait déjà été victime d’une intoxication au GHB. 80 % des personnes interrogées confient leur inquiétude à ce sujet.

Afin d’identifier la présence de cette drogue dans un verre d’un seul coup d’oeil, les cinq étudiantes imaginent une paille en acier inoxydable dans laquelle elles positionneraient un arceau jaune clair, qui changerait de couleur au contact du GHB. « Au contact de cette drogue, l’arceau de la paille deviendrait vert foncé »,  détaillent les jeunes femmes, qui se sont rapprochées d’une chimiste pour étudier la fiabilité de leur projet. « L’idée c’est de pouvoir aller en soirée l’esprit tranquille », nous expliquent-elles.
En 2013, des chercheurs israéliens de l’université de Tel-Aviv avaient déjà mis au point une paille intelligente de la sorte, mais cette fois en plastique, qui permettait de détecter cette drogue dans une boisson.
Article précédentVos goûts musicaux révèlent votre personnalité, c’est prouvé !
Article suivantMasques et lunettes : des bretons inventent un accessoire anti buée