Accueil +Insolite Un jeune breton invente un clavier d’ordinateur contre la dyslexie

Un jeune breton invente un clavier d’ordinateur contre la dyslexie

crédit photo : @R2Dtooldys / instagram
crédit photo : @R2Dtooldys / instagram

C’est la toute dernière invention d’un breton de 16 ans passionné d’informatique. Avec un code couleur, il a créé un outil pour clavier d’ordinateur destiné aux élèves qui souffrent de troubles de l’apprentissage comme la dyslexie.

 

Sa petite entreprise « R2DTooldys » a déjà reçu des commandes passées depuis le Canada et la Belgique. Ryann Dubois, élève de seconde, fait parler de lui avec son clavier un peu spécial qu’il propose à 10 euros.

Depuis la classe de CM2, il est atteint d’un trouble de l’apprentissage qui l’amène à fréquenter des ergothérapeutes (spécialistes des situations de handicap en tout genre). Avec le temps, cet adolescent de Saint-Brieuc a pu comprendre certaines méthodes de travail pour faciliter l’apprentissage en cas de troubles. Ainsi, il a voulu aider des élèves atteints de dyslexie, dysorthographie ou encore dyspraxie, dont il partage les difficultés au quotidien.

Il a alors commencé par réfléchir à un accessoire basé sur des couleurs, disposées sur une partie d’un clavier d’ordinateur. À l’origine, l’adolescent s’est fabriqué des étiquettes pour les coller ensuite sur son clavier :

crédit photo : @R2Dtooldys / instagram
crédit photo : @R2Dtooldys / instagram
Un outil sophistiqué 

Voilà qui le pousse à aller plus loin pour développer un véritable outil, beaucoup plus durable. « Avec les plaques de lettres que j’ai créées, on apprend plus vite à écrire sur un ordinateur sans presque regarder les touches. Les couleurs permettent à l’œil d’apprendre à localiser plus vite la lettre que l’on cherche » explique-t-il. Résultat, un clavier « Dys » comme il l’a ainsi nommé.

Avec sa nouvelle invention, Ryann Dubois a établi un guide qui explique à quoi correspond chaque touche colorée sur le clavier. En effet, il a créé un code couleur qui correspond à des commandes spécifiques.

adolescent breton garde encore secrètes toutes ses techniques de fabrication en attendant l’obtention d’un brevet. Toujours est-il qu’il a imaginé un système grâce auquel « l’œil, le cerveau et les doigts ne font plus qu’un ».