Home + +Culture + “Danser ou mourrir “: le parcours incroyable d’Ahmad Jouherd, jeune danseur syrien

“Danser ou mourrir “: le parcours incroyable d’Ahmad Jouherd, jeune danseur syrien

Avant que la guerre n’éclate en Syrie en 2011, Ahmad Joudeh était élève au Conservatoire de danse de Damas. Un rêve réalisé après un long combat, contre son père notamment. Soutenu par sa mère, il avait réussi à intégrer la prestigieuse école et s’était fait connaître dans son pays. En 2014, il avait participé à la version arabe de l’émission de télévision “So you think you can dance”, et sa notoriété n’a cessé de grandir.

Son destin a basculé l’été dernier, lorsque le grand reporter néerlandais Roozbeh Kaboly lui consacra un documentaire “Dance or die”, qui connut un grand succès sur internet où il fut visionné des millions de fois, et qui fut également diffusé dans plusieurs grands médias européens, dont BBC, Arte et France 2C’est comme cela qu’il a été repéré par Ted Brandsen, directeur du Ballet National d’Amsterdam. Il a voulu venir en aide au jeune danseur en créant notamment l’association The Dance For Peace Fund. Il y a quelques mois, Ahmad Joudeh arriva à Amsterdam et débuta une nouvelle vie.

Menacé dans son pays par les terroristes de l’Etat Islamique, Ahmad Joudeh leur montre que sa danse est plus forte que leur haine. Dans le cou, il s’est fait tatouer en Sanskrit “Danser ou mourir”. “Je veux dire à tous ces terroristes que je ne les crains pas”, explique-t-il. “Le tatouage est situé sur mon cou, à l’endroit où ils coupent les têtes. Une façon de les défier”. 

 

Lire aussi

Découvrez le palmarès 2017 des recherches sur Google

Quelles sont les requêtes qui ont suscité le plus d’intérêt chez les internautes ? En …

Laisser un commentaire