Accueil +Écologie Des « nageoires de baleines » pour réduire la consommation d’énergie des...

Des « nageoires de baleines » pour réduire la consommation d’énergie des gros navires

navire
L’Ifremer et la start-up Blue Fins ont développé des « nageoires de baleines » pour réduire jusqu’à 30 % la consommation d’énergie des gros navires.

Cette nouvelle solution destinée aux Méthaniers, pétroliers, porte-conteneurs, navires de croisière devrait faire son apparition sur le marché d’ici 2023 grâce à un foil (généralement un appendice latéral) qui utilise l’énergie de la houle pour aider à la propulsion des navires.

Placé à l’arrière des navires, un hydrofoil attaché à un grand bras articulé est animé par les vagues. Plus ce mouvement est important, plus il génère d’énergie utile au navire pour avancer. Résultat : une économie de 20 % à 30 % de consommation en carburant.

« Pour aider à propulser le navire, notre système reproduit et combine deux phénomènes physiques : les foils sont comme des ailes d’avion immergées qui soutiennent le navire et réduisent les frottements de la coque du bateau sur l’eau. Leur mouvement, généré par la houle, fait avancer le navire un peu à la manière d’une queue d’une baleine », schématise Olivier Giusti, architecte naval à la tête de la jeune start-up Blue Fins.

Ce système innovant a deux avantages : il est rétractable et peut être sorti de l’eau si les conditions de houle ne sont pas optimales (absence ou trop de vagues) ; installé à l’arrière du navire, il peut aussi compléter le gain d’énergie qu’offriraient une aile de kite ou des voiles situées sur le pont sans présenter de risques pour le navire.

Un atout de taille pour la start-up Blue Fins qui vise une réduction de la consommation de fioul lourd dans le secteur du transport maritime, le carburant le plus polluant du monde. Selon une étude de l’Organisation maritime internationale (OMI) sur les gaz à effet de serre (GES), les émissions du transport maritime aujourd’hui responsable de 2,5 % à 3% des émissions mondiales de GES, pourraient, dans un scénario de statu quo, augmenter de 50 à 250 % d’ici 2050.

Fin 2022, les performances d’une maquette au 1/35ème devraient être validées, dans le bassin de l’Ifremer, puis un premier prototype au 1/2 devrait être testé en mer à partir de fin 2023 sur un navire de commerce.

(crédit photo : Susann MielkePixabay )

2 Commentaires

  1. Félicitations à l’Ifremer ! Maintenant il faut encourager les constructeurs de ces immenses pollueurs flottants à installer ces systèmes.

  2. ces Gros bateaux sont déjà des pollueurs mais leurs patrons sont légalement intouchables depuis des années il faut espèrer que leurs gros bateaux soient équipés avec ce bouveau système appelés “nageoire de baleine”