Accueil +Écologie Ils fabriquent des pulls zéro déchet à l’imprimante 3D !

Ils fabriquent des pulls zéro déchet à l’imprimante 3D !

crédit photo : 3dtex_saintmalo / instragram
crédit photo : 3dtex_saintmalo / instragram

L’imprimante 3D, c’est la technique innovante par excellence pour le milieu du textile, concoctée par une entreprise bretonne passant du virtuel au réel. Son défi, pouvoir produire des pulls zéro déchet d’une meilleure qualité et de manière locale.

 

Ce n’est pas par hasard que l’usine 3D-Tex se qualifie d’usine textile du futur. Ses fondateurs se sont dits qu’ils allaient utiliser l’imprimante 3D comme nouvel axe fort dans leur quotidien de producteurs de textile. Leur entreprise est la première à fabriquer entièrement ses pièces à l’aide de cet outil, à l’origine utilisé pour ne modéliser que des objets.

Évidemment, les locaux sont d’un nouveau genre puisqu’ordinateurs et imprimantes suffisent à faire le bonheur de ces créateurs de pulls. Avec son usine entièrement automatisée, l’entreprise avait d’ailleurs relocalisé toute son activité en Bretagne et compte embaucher une vingtaine d’employés.

En plus de pouvoir produire de manière locale, il s’agit d’une question de capacité pour Basile Ricquier, chargé du service client, « notre but est de passer de 10 à 30 machines ». De quoi leur permettre de « fabriquer 300 000 pièces à horizon 5 ans » et de gagner ainsi en importance.

 

Une innovation couteau suisse

Pour 3D-Tex, tout semble beaucoup plus intéressant avec l’imprimante 3D, qui présente plusieurs avantages. Avant toute chose, un tel mode de production leur permet de fabriquer à la commande et d’éviter ainsi la surproduction, avec des coûts moins élevés.  « Cela nous permet de rendre notre offre compétitive du point de vue du prix » souligne Basile Ricquier.

Le produit fini semble lui aussi plus intéressant, « il n’y a plus de couture, il y a moins de faiblesses, le pull est réversible et surtout il a zéro déchet » explique Bertrand Helias, le directeur de production. En effet, en plus d’éviter les imperfections, ils évitent aussi les déchets : notamment des chutes de tissus qui seraient causées par une découpe traditionnelle.

Enfin l’ambition est rester un axe fort en matière d’écologie avec de l’électricité verte, 100% française et issue d’énergies renouvelables pour faire fonctionner leurs imprimantes. Ils espèrent pouvoir commercialiser leurs premiers pulls d’ici septembre 2021.