Home + L'ÉDITO + + L’édito d’Annie Lemoine: “L’été ? Avec Joies !”

L’édito d’Annie Lemoine: “L’été ? Avec Joies !”

Annie Lemoine est journaliste (RTL / « On refait le monde ») et écrivain.

IMG_8517
Vous connaissez la nouvelle ? Christo a créé un ponton flottant pour traverser la Méditerranée…
Non ? Si !

C’est beau tous ces gens qui passent d’une rive à l’autre, de l’Afrique à l’Europe, comme ça, tranquillement, en se promenant.
Bien sûr, il y a les rabat-joie qui dénoncent la dangerosité du projet, c’est vrai qu’un accident est vite arrivé, une vague un peu plus grosse et hop, promenade du dimanche à l’eau… Mais enfin, les services de sécurité sont super entraînés et des gilets de sauvetage ont été disposés un peu partout le long des pontons.

Ah, il y avait foule hier pour l’inauguration, les gens n’en revenaient pas !
Ils se croisaient en se souriant, se parlant… Christo était présent bien sûr même s’il refusait de s’expliquer sur son intention, il ne voulait pas, a-t-il dit, « détourner l’oeuvre », la prendre en otage avec une surinterprétation politique. « Il suffit qu’elle existe » a-t-il sobrement déclaré. Il a aussi révélé qu’il avait d’abord pensé à emballer l’Afrique toute entière avant de renoncer en raison du coût faramineux et de l’incompréhension générale (voire de l’hostilité) qui entourait le projet.
Quoi ? Vous voulez cacher l’Afrique ?
Non, la révéler. La faire prendre en considération.
Mais le travail était trop imposant… dans les esprits bien sûr. Et le temps presse.

Dans son discours l’homopoliticus local a rappelé que l’une des vertus de l’Art était de rapprocher les peuples, les cultures, leur donner à s’enrichir en partageant expériences et cheminements de pensées parfois si opposés.

La célèbre lumière de la Méditerranée est donc maintenant concurrencée par celle d’un artiste qui en imaginant l’inimaginable, a tout simplement changé le monde.

Je reçois à l’instant ce mail : « Madame, si une telle chose devait se produire, ce serait l’horreur ! Des terroristes s’infiltreraient par milliers pour répandre la mort.”

Monsieur, dans mon monde, les gens s’aiment et ne se tuent pas. Ou rarement.

Faut-il s’abstraire de la réalité pour mieux respirer, mieux vivre ? Comment fait-on pour étaler sa serviette sur le sable en sachant que de l’autre côté de la mer, ils sont des milliers à monter sur des bateaux bons pour la casse pour échapper à la mort et que dans cette mer-là, déjà trop d’entre eux ont péri.

Je ne sais pas s’il faut se forger une carapace, se protéger, cultiver son égoïsme, je ne le pense pas. Je crois surtout qu’il faut être heureux, partager des moments de bonheur avec ceux qu’on aime… Je crois, oui, je crois qu’il faut ajouter de la joie au monde.

84ce2e7e687da4786cf681fbb4696640

Lire aussi

Bon Plan : AXA crée un contrat qui indemnise les retards d’avion

“Vous n’aimez pas les retards d’avion… Nous non plus!” Axa vient de présenter sa nouvelle …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :