Home + +Société + L’Humanisme français nous rassemble ! L’édito de Laurent Kupferman

L’Humanisme français nous rassemble ! L’édito de Laurent Kupferman

Essayiste et chroniqueur littéraire, collaborateur à l’Hebdomadaire Marianne, Laurent Kupferman est le co-auteur, avec Jacques Ravenne, de « Les Aventuriers de la République »  aux Editons Fayard.

12004738_10153627001849932_3488720258651837386_n

 

La République a été attaquée ces deniers jours. L’émotion passée, l’hommage rendu aux victimes il est bon de s’interroger sur ce qui dérange tant les ennemis de la République. Que contient ce pacte républicain qui fait si peur aux obscurantistes et aux ennemis de la liberté ?
Fruit de l’apport des hommes des philosophes des Lumières le projet Républicain a toujours désiré faire bouger l’ancien régime, fait de privilèges réservés à une aristocratie, à une caste, tout en mettant fin à l’influence d’une Eglise omnipotente qui co-gérait la vie des Français, et se mêlait des affaires de l’Etat. Bien évidemment ce sont d’abord des problèmes économiques qui ont puissamment pesé dans le déclenchement de la Révolution française. Mais c’est aussi le désir de mettre fin à une société claquemurée qui a motivé cet élan populaire qui a marqué le destin de la France et même d’une grande partie du monde.

La vraie Révolution c’est que depuis 1789, alors que, sous l’ancien régime le destin d’un sujet était déterminé par sa seule naissance, depuis la République les citoyens naissent et demeurent libres et égaux en droit. Très concrètement, la République offre à tous ses enfants la possibilité de reprendre en main leur destinée. Il s’agit là d’une étape fondamentale, même s’il faut attendre le XIXe pour ce concept, longtemps à l’état de principe philosophique, prenne corps dans la réalité de la vie des citoyennes et des citoyens.

La République a toujours du combattre ceux qui voulaient revenir à l’ordre ancien. Cela provoque de nombreux soubresauts institutionnels (le Consulat, l’Empire, le retour des Bourbon puis des Orléans, puis de Napoléon III le dernier Empereur des Français sur le trône de France) pour qu’enfin la IIIe République, et son cortège de réformes s’installent durablement dans la vie des Français. Bien sûr, il y a eu la deuxième République et son apport est considérable. Il est d’autant plus remarquable que c’est en moins de trois mois, en 1848, que des reformes aussi profondes sont prises, comme l’abolition de l’esclave, le suffrage universel, qui fait passer le corps électoral de 240.000 électeurs à 9.000.000, et les premières libertés politiques comme le droit de se réunir et d’avoir une presse un peu libérée. Mais c’est bien avec la chute de Napoléon III et l’installation difficile de la IIIe République que ce qu’on appelle le pacte républicain prend du corps dans le vie réelle et concrète des citoyennes et des citoyens.
La déclaration de 1789 rentre réellement dans ce qu’on appelle le droit positif et apporte des réformes telle que l’égalité en droit entre tous les citoyens (sur laquelle s’appuie notamment la reforme pour le mariage ouvert à tous les citoyens) l’école laïque gratuite et obligatoire, les premières formes de protection sociale, les premières organisations internationales pour prévenir les conflits, et la fin d’une pratique ancestrale : la cogestion des affaires de l’Etat avec les Eglises, consacrée par la Loi de 1905. C’est en quelque sorte l’aboutissement du cycle révolutionnaire.
Parfois contestée, et contrairement à une idée répandue par ses adversaires, la Laïcité n’est pas l’ennemie des religions. Bien au contraire elle garantit aux croyants le droit de pratiquer leur culte en toute liberté alors que sous l’Ancien Régime il était longtemps obligatoire de croire en une seule religion, sous peine d’exclusion de l’ordre sociale. Mais la Laïcité garantit aussi le droit de ne pas croire. C’est en ce sens, fondamental, qu’elle élargit ce que nous appelons la liberté absolue de conscience.
Dans un monde en profonde mutation, dans lequel les fondamentalismes de tous ordres sont de plus en plus puissants, ces valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de solidarité, et de Laïcité sont menacées. On le voit de la manière la plus violente ces derniers jours. La République est-elle en péril ? C’est une vraie question dont les citoyennes et les citoyens feraient bien de s’emparer. Au delà d’une forme de régime c’est le bloc de consensus national autour de ces valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité, de Solidarité et de Laïcité qui ne sont ni droite, ni de gauche, qui constitue le socle et le creuset républicain. Ce fameux « vivre ensemble » républicain c’est vivre dans le respect des singularismes de chacune et chacun, en n’oubliant jamais que ce qui nous singularise et infiniment moins important que ce qui nous rassemble. C’est là toute la force de l’Humanisme français.

Alors Vive la République !

Lire aussi

Comment voir l’éclipse totale de soleil historique prévue lundi ?

Les Etats-Unis se préparent à assister à un événement céleste de grande ampleur : une …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :