Accueil +Écologie Londres : plus de 3 millions d’euro pour planter des milliers d’arbres

Londres : plus de 3 millions d’euro pour planter des milliers d’arbres

Après les fortes chaleurs qui ont touché l’Angleterre ces dernières semaines, le maire de Londres, Sadiq Khan, a décidé de planter des milliers d’arbres dans la capitale. 

Cet été et pour la première fois de son histoire, le Royaume-Uni a dépassé la barre des 40 degrés sur le thermomètre. Une situation inédite déclenchée par le réchauffement climatique. Sadiq Khan a décidé de ne pas attendre la prochaine vague de chaleur pour opérer  des changements dans sa ville.

Dans le cadre de son programme « urban forest », le maire souhaite planter des milliers d’arbres, mais pas n’importe comment. Des lieux spécifiques doivent être aménagés pour que tous les habitants puissent bénéficier de la protection qu’offre ces arbres. Ceux déjà présents à Londres permettent d’éliminer 2241 tonnes de carbone par an. Ainsi, la qualité de l’air et le ressenti climatique est meilleure.

Roland Ennos, un professeur de biomécanique britannique, explique comment les arbres peuvent être bénéfiques en cas de fortes chaleurs : « Théoriquement, les arbres peuvent aider à fournir un refroidissement de deux manières : en fournissant de l’ombre et par un processus connu sous le nom d’évapotranspiration. Localement, les arbres fournissent l’essentiel de leur effet de refroidissement en ombrageant. Dans l’ensemble, l’ombre fournie par les arbres peut réduire notre température physiologiquement équivalente (température de notre corps). De 7 à 15 °C, selon notre latitude. » (Ouest-France)

Le maire de Londres prévoit plus de 3 millions d’euros pour que son programme aboutisse. Ailleurs dans le monde, Joe Biden a lui aussi fait savoir que plus d’un milliard d’arbres seraient plantés. Emmanuel Macron a lui aussi annoncé un plan de reconstruction des forêts après les incendies ravageurs de ces dernières semaines.

Article précédentUne marque de matelas recherche des testeurs dormeurs rémunérés
Article suivantHérault : l’âne au coeur d’un projet pour recréer du lien entre l’homme et son environnement