Home + +Culture + On a tous en nous quelque chose de Johnny ? par Sylvère-Henry Cissé.

On a tous en nous quelque chose de Johnny ? par Sylvère-Henry Cissé.

Je voulais comprendre. L’origine de ce malaise depuis que la nouvelle m’avait cueilli dans une nuit d’insomnie à 3h du matin. Comprendre pourquoi je me retrouvais hanté et prisonnier d’un trouble comme un jour de deuil. Les maux ont parfois pour remède l’écriture. Il me fallait vite coucher une liste de ses titres qui me touchaient au coeur. Ceux qui me dictaient des sentiments, qui me poussaient à m’abandonner à des sifflotements insouciants.  

– J’ai un problème
– J’ai oublié de vivre
– La musique que j’aime
– Je te promets
– J’oublierai ton nom
– Requiem pour un fou
– Montpellier
– Que je t’aime
– Elle m’oublie
– Un jour viendra
Dix. Une majorité de chansons d’amour. Dix, pas une de plus. Alors, comment cet artiste pouvait-il s’inscrire dans mon panthéon à coté de Prince, Maurice White, Miles Davis et David Bowie ? Comment pouvait-il s’installer dans les lignées de ces géants ?
La réponse est une suite de souvenirs qui se bousculent… Le gigot flageolet rassurant du dimanche … R25, Minitel, yuppie, DJ, CD, acronymes signes de l’apogée des 30 glorieuses…  La télévision de Maritié et Gilbert bousculée par mon ami Patrice (Blanc-Francard), Antoine (De Caunes), Alain (De Greef) des Enfants du Rock… Un monde simple, simpliste, simplifié où les gentils étaient à l’Ouest et les méchants du coté obscur derrière le rideau… Les robes de bohèmes, les chaussures à talons compensés, Les torses velus sous une chemise col pelle à tarte entrouverte, les pattes d’eph’, La gourmette au poignet… Les Bee Gees… La maréchaussée à la proéminence abdominale prononcée de faction pour assurer le passage des majorettes… La dictature du orange vif sur les murs, partout et pour tout… Le carré magique emmené par un fils d’immigré italien… Des instants figés à la fin des années 70 et début des années 80 qui me ramènent à des heures apparement devenues belles par l’usure (les morsures ?) du temps… De la magnifique indolence à regarder sans peur le temps qui passe…. Toute une époque.
Chacune de ces 10 chansons sont aussi des fragments de mon histoire ancrés profondément dans ma mémoire : ma regrettée mère qui m’habillait pour me conduire à l’école maternelle en fredonnant Johnny, puis Sylvie. plus tard, elle chantonnera Sylvie et Johnny mariés. Ma mère qui chérissait sa collection de 45 tours, vénérait les grandes ondes d’Europe 1, se pâmait devant la TV de Guy Lux et André Torrent et leur Top N°1. Quelle ironie, j’ai rejeté Hallyday dans une crise d’adolescence musicale en découvrant le jazz, le funk, le rock alternatif, Franck Zappa, Thiéfaine, etc. Et puis, je suis revenu à mes premières amours en le voyant sur scène la fin des années 80. Je compris, perdu dans la foule, devant la bête pleine de fureur et de sueur qui portait la technique scénique à son plus haut, devant des fans enamourés, que j’avais été injuste avec lui. Il était puissant, créatif, solaire avec une voix unique, inoubliable, incomparable.
Hallyday a été dans ma vie pendant plus d’un demi-siècle et dépositaire d’un temps révolu. Celle d’une France vue à travers un verre dépoli comme l’on regarderait à travers un pare-douche dans une salle de bain embuée. Nos mémoires louvoient avec nos émotions. C’est pour cela que Johnny est consubstantiel à nos vies. Il a traversé la Ve république en arrivant en même temps que le Général et en nous quittant à l’avénement d’un surdoué en marche. 
Cependant, le poète avait raison quand il disait :  « Il y a une formule que je récuse tout à fait c’est : “c’était mieux avant”. Ce n’était pas mieux avant, ça a toujours été très difficile. Nous avons connu, grâce à l’Europe, 30, 40, 50 années de paix et quand je pense à ma jeunesse, quand j’avais 10 ans ou 15 ans, c’était bien plus difficile.Il fallait choisir entre Hitler et Staline, ça n’était pas gai ».
Ce poète s’appelait Jean d’Ormesson. Paix à son âme et à celle de Jean-Philippe Smet.
Par Sylvère-Henry Cissé.
Journaliste
Président du Club Sport & Démocratie

Lire aussi

Découvrez le palmarès 2017 des recherches sur Google

Quelles sont les requêtes qui ont suscité le plus d’intérêt chez les internautes ? En …

Laisser un commentaire