Accueil +Écologie Des chercheurs rennais découvrent l’hydrogène vert

Des chercheurs rennais découvrent l’hydrogène vert

C’est un petit événement dans le milieu scientifique. Des chercheurs rennais ont découvert comment réduire l’impact sur l’environnement de l’hydrogène.

L’hydrogène, ce gaz est utilisé dans quasiment tous les secteurs, que ce soit dans les domaines maritimes, aéronautiques, et même spatiales. Et même s’il s’agit de l’élément le plus abondant de l’univers, il a un coût environnemental.

Ce n’est pas l’hydrogène en lui-même qui est nocif pour l’environnement. Il est d’ailleurs considéré comme une énergie propre. Ce sont plutôt les méthodes de production, d’acheminements et de transformation qui le sont. Oui, l’hydrogène est très présent dans la nature, mais il faut le séparer d’autres éléments comme le carbone par exemple. Et évidemment, ces méthodes ne sont pas bonnes pour l’environnement.

Une solution est envisagée par des chercheurs du CNRS et de l’université de Rennes. Grâce aux propriétés de l’énergie solaire et de puces « semi-conductrices », l’hydrogène pourrait être produit « à faible coût et impact environnemental (transitionenergie).

Les scientifiques rennais ont découvert que les semi conducteurs, qui avaient très souvent des défauts, pouvaient tout de même être utiles. « Notre équipe a démontré que ces irrégularités, considérées usuellement comme des défauts, avaient des propriétés physiques très originales (des inclusions avec un caractère métallique), qui pouvaient être utilisées efficacement pour la production d’hydrogène solaire, et pour bien d’autres applications photo-électriques » (équipe de chercheurs).

Quant à l’énergie solaire, il suffit d’utiliser des cellules photo-électriques afin d’extraire au mieux l’hydrogène. Ainsi, sa production ne sera pas polluante.

Si ces recherches sont menées à terme, l’hydrogène peut devenir une alternative aux carburants par exemple…

Article précédentAlzheimer : les fraises pourraient protéger le cerveau
Article suivantUn patient en rémission du VIH et de la leucémie grâce à une greffe de cellules